Srnolt) Arboretum ILtbran)

THE GIFT OF

FRANCIS SKINNER

OF DEDHAM IN MEMORY OF

FRANCIS SKINNER

(H. C. 1862)

Received ^^9/ '9'°

Cambridge Ettlom ologica l Club.

DF. LA

SOCIÉTÉ LIWCKWi:

B1Ë MOB

C /sPdPd?

(NOUVELLE SERIE)

TOME T R E N T E - C I N Q U l È M E

i

LYON

H. GE O R G, LIBRAIRE-ÉDITEUR

65, RUE DE LA RÉPUBLIQUE

MÊME MAISON A GENÈVE ET A BALE

PARIS

J. -B. BAILLIÈRE ET FILS, ÉDITEURS

I9,ruk HAUTKFRUILLK

1889

ANNALES

DE LA

SOCIÉTÉ L1NNÉENNE

DE Ll»\

AVIS AUX SOCIETES CORRESPONDANTES

La Société d’Études scientifiques étant fusionnée avec la Société linnéenne de Lyon, on est prié, afin d’éviter les doubles emplois, d’envoyer à l’avenir toutes les commu¬ nications, livres, annales, bulletins, mémoires, lettres, destinés à la Société d’Études scientifiques à l’adresse du President de la Société linnéenne , place Sathonay, à Lyon.

AVIS AUX SOCIÉTAIRES

Les membres de la Société linnéenne sont priés de faire parvenir au Trésorier ue la Société, rue Pléney, b, le montant de leur cotisation.

Passé le 30 juin, ce montant sera recouvré par la voie de la poste et les frais seront ajoutés au mandat.

Les Sociétaires non résidant à Lyon qui désirent qu’on leur envoie le volume des Annales voudront bien en donner avis au Secrétaire et joindre à leur cotisation le prix de l'envoi par colis postal, soit 60 «entimes en gare, ou 8S centimes à domicile.

DF. I.A

SOCIÉTÉ IIWIIWI

M)ÜÜ Lïcm

(nouvelle série)

TOME T R E N T E - C I N Q ü I È M E

LYON

H. GEORG, LIBRAIRE-ÉDITEUR

6 5, RUE DE LA RÉPUBLIQUE

MÊME MAISON A GENÈVE ET A BALE

PARIS

J. -B. BAILLIÈRE ET FILS, ÉDITEURS

19, R U R HAUTEFBUILLK

1889

ARNOLD

A RU G Kl 1 UM

.

I! A K V A R l> ti [i i y I l; î* l V Y

V

T A B L E A U

des

MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ L1NNÉENNE

D K LYON

BUREAU POUR L’ANNÉE 1888

MM. Dr Saint-Lager, président.

Lachmann, vice -président.

Redon, secrétaire général.

Mermier, secrétaire.

Roux (Nizius), trésorier.

LISTE DES MEMBRES EN 1889

MM.

1889. Bataillon, préparateur du cours de zoologie à la Faculté des sciences.

1866. Beckensteiner (Charles), rue de l’Hôtel-de-Ville, 9.

1881. Belon (R. P.), rue du Plat, 18.

1860. Berne (Philippe), Saint- Maurice- sur- Dargoire , près de Mornant (Rhône).

1882. Bertoto, rue du Pont, 6, à Narbonne.

1869. Bertholey (Martial), notaire à Mornant (Rhône).

1889. Blanc (Louis), répétiteur d’anatomie et de zoologie à l’Ecole vétérinaire.

VI

TABLEAU DES MEMBRES

MM.

1887. Boiron (Ferdinand), à la gare d’Ambérieu (Ain).

180Ü. Biétrix (Camille), rue Lanterne, 21.

1885. Binead? docteur en médecine à Caluire, près de Lyon. 1875. Blanc (Léon, le Dr), rue de la Charité, 33.

1861. Bresson (Louis), architecte, place de la Bourse, 2.

1888. Bruet, conducteur des travaux de la Cie P.-L.-M., à

Bourg, 42, faubourg Saint-Nicolas.

1863. Brunet-Leco.mte, négociant, rue des Colonies, 2.

1884. Bruyas (Aug.), quai des Célestins, 5.

1881. C arrêt (l’abbé), aumônier des Daines de l’Adorateur per¬ pétuelle du Sacré-Cœur aux Chartreux.

1881 . Carrier (Edouard), docteur en médecine, rue de l’Hôtel-de-

Ville, 101.

1866. Chabrières, trésorerie générale du Rhône.

1880. Chanay (Pierre), rue du Griffon, 3.

1882. Chanrion (l'abbé), 36, rue du Yernay à Saint-Étienne.

1885. Chantre, rue de Trion, 36.

1871. Chassagnieux (Félix), chimiste, à l’Arbresle (Rhône).

1872. Coquet (Adolphe), architecte, avenue de Saxe, 289.

1879. Courbet (Jules), rue Victor-Hugo, 28.

1871. Coutagne (Georges), ingénieur des poudres et salpêtres, à Saint-Chainas (Bouches-du-Rhône).

1889. Couvreur, chef des travaux de physiologie à la Faculté des

sciences.

1887. Chobaüt (Alfred, le Dr), rue Dorée, 4, à Avignon.

1862. Delocre, inspecteur des ponts et chaussées, à Paris, rue

Lavoisier, 1.

1889. Depéret, professeur de géologie à la Faculté des sciences, rue Childebert, 1.

1883. Dériard-Richarme, rue du Plat, 2.

1885. Des Gozis (Maurice), à Montluçon (Allier), place de l’Hôtel- de-Ville.

DE LA SOCIÉTÉ LLNNÉE.NNE

VII

MM.

1865. Desgrand (Louis), négociant, rue Lafont, 24.

1872. Desgeorges (Alphonse), négociant, rue Puits-Gaillot, 19.

1881. Don at Motte, préparateur au Muséum d’histoire naturelle.

1882. Dr i von (Jules), médecin des Hôpitaux de Lyon, quai de la

Guillotière, 30.

1846. Degas (Ozippa), rue de la République, 52.

1888. Déduis, entrepreneur, roule de Vienne, 94.

1870. Durand (Victor), rue Lafont, 6.

1875. Durvai, (Charles-Henri), fabricant d’acide borique, à Monte-Rotundo (Massa-Marittima), Italie.

1869. Ebrard (Sylvain), à Unieux (Loire).

1884. Faure, professeur à l'école vétérinaire, cours Morand, 26.

1881. Favarcq. propriétaire, 48, rue du Veruay, à Saint-Etienne

(Loire).

1882. Flory, avoué, rue Gasparip, 8.

1857. Fournereau (l’abbé), professeur à l’institution des Char¬ treux.

1879. Fréminville (Paul de), château de Laumusse, par Pont- de-Veyle (Ain).

1856. Gabii.lot (Joseph), quai des Célestins, 5.

1889. Garcin, préparateur de botanique à la Faculté des sciences. 1881. Geandey (Ferdinand), négociant, rue de Sèze, 11.

1889. Gelas, ingénieur- chimiste, 35, rue de la République.

1866. Gexevet (Antoine), place Kléber, 9.

1851. Gensoul (André-Paul), rue Vaubecour, 42.

1866. Gillet (Joseph), quai de Serin, 9.

1881. Girerd, médecin, rue Constantine, 1.

1881 Connard, ingénieur des Hospices, quai de Vaise, 37.

1883. Grilat (Victor), rue Rivet, 19.

1881 GROuvELLE(Antoine), directeur delà manufacture des tabacs, à Chàteauroux (D dre).

VIII

T AIII. EAU DES MEMBRES

MM.

1862. Guimet (Emile), place de la Miséricorde, 1.

1869. Heyden (le baron de), à Bockenheim, près de Francfort- sur-Mein, 54, Schlosstrasse (Allemagne)

1887. Jacquard (R. P.), institution des Dominicains, à Oullins.

1882. Jacquet, imprimeur, rue Ferrandière, 18.

1883. Jacquemet (Édouard), docteur à Crémieu (Isère).

1845. Jordan (Alexis), rue de l’Arbre-Sec, 40.

1884. Lacroix (Eugène), interne des hôpitaux de Lyon.

1881. Lachmann, chargé de conférences pratiques de botanique à la Faculté des sciences, cours Gambetta, 30.

1868. Laval (Henri), avocat à Villefranche (Rhône).

1881. Locard (Arnould), ingénieur, quai de la Charité, 38.

1885. Lucante (Angel), naturaliste à Courrensan par Gondrin

(Gers).

1881. Mabille (J.), laboratoire de zoologie, au Muséum, Paris. 1883. Magnien (Louis), pharmacien des hôpitaux.

1873. Magnin (Antoine Dr), professeur à la Faculté des sciences de Besançon.

1860. Mangini (Félix), ingénieur civil, avenue de l’Archevêché, 2. 1855. Mangini (Lucien), ingénieur civil, Sainte-Foy-l’Argen- tière (Rhône).

1881. Marmorat (Gabriel), négociant, rue Lafont, 18.

1866. Marnas, teinturier, quai des Brotteaux, 12.

1883. Mehier (Camille), rue Sainte-Catherine, à Saint-Étienne (Loire).

1887. Mermier, cours du Midi, 10.

1887. Mauduit, docteur à Crest (Drôme).

1881. Moitier, surveillant au Lycée Saint- Rambert, près de Lyon .

1876. Monvenoux (Frédéric), rue Grenette, 35.

UE LA SOCIÉTÉ LINNÉENNE IX

MM.

1881. Nicolas (Jacques), horticulteur - grainier, rue de Bour¬

bon, 12.

1856. Pallias (Honoré), rue Centrale, 31.

1882. Perret (Aimé), rue François-Dauphin, 6.

1879. Perroüd (Charles), avocat, rue de l’Hôtel de-Ville, 105. 1866. Pichot (Emmanuel), négociant, place de la Fromagerie, 9.

1883. Pitrat, imprimeur, rue Gentil, 4.

1886. Redon (Gaston), rue des Prêtres, 22.

1881. Redon-Neyreneuf (Louis), rue des Prêtres, 22.

1880. Regalia (Ettore), secrétaire de la Société d’anthropologie

de Florence (Italie).

1881. Renacd (Jean-Baptiste), cours d’Herbouville, 21.

1873. Rérolle (Louis), directeur du Muséum de Grenoble (Isère). 1858. Rey (Claudius), officier d’académie, place Saint-Jean, 4. 1864. Riaz (Auguste de), banquier, quai de Retz, 10.

1882. Riche (Attale), licencié ès sciences naturelles, rue de Pen-

thièvre, 11.

1889. Riel (Ph., le Dr), boulevard de la Croix-Rousse.

1888. Roland, place du Petit-Collège, 3.

1863. Roman (Ernest), place des Pénitents-de-la-Croix, 1.

1881 . Rocast (Georges), rue du Plat, 32.

1870. Rocx (Gabriel), docteur en médecine, rue Duhamel, 17. 1873. Roux (Nizius), rue Pléney, 5.

1882. Roy, horticulteur, chemin de Montagny, au Moulin-à-Vent,

près de Lyon.

1888. Sarran (Louis de), commis principal à la sous- direction des contributions indirectes à Paris, 18, rue Vavin. 1886. Saubinet (Etienne), quai de la Charité, 44.

1868. Saint-Lager (le Dr), cours Gambetta, 8.

1884. Siboulotte, quai de l’Est, 8.

1866. Sonthonax (Léon), rue d'Alsace, 19.

X

TABLEAU DES MEMBRES

MM.

1885. Tatin, professeur, 9, rue Saint-Alexandre.

1882. Terras (Marius), avoué, rue de la Bourse, 39.

1881. Tommasi (Dr Donato), avenue de Wagram, 50, Paris.

1885. Yachon, place de la Charité, 3.

1802. Y achat (du), juge au tribunal de Belley (Ain).

1872. Yerchère (Ernest-Antoine), cours Gambetta, 7.

1881. Xambeu, capitaine en retraite à Ria par Prades (Pyrénées- Orientales).

\l

DE LA SOCIÉTÉ I.IV\KE\.\E

nenibrcü corre^pondantü.

1849. Lejolis, directeur de la Société des sciences naturelles de Cherbourg.

1863. Blanchard, membre de l’Institut, à Paris.

1866. Falsan (Albert), à Collonges-sur-Saône (Rhône).

1875. Merget, professeur à la Faculté de médecine de Bordeaux. 1875. Hayden, ex-directeur du Geological and geograph cal Surcey, à Washington.

CATALOGUE DESCRIPTIF

DES

MAM MIFÈRËS

QUI VIVENT DANS

LE DÉPARTEMENT DU RHONE

ET DANS

LES RÉGIONS AVOISINANTES PAR

ARNOULD LOCARD

INTRODUCTION

Jusqu’à ce jour il n’a été publié aucun travail d’ensemble sur la faune des Mammifères du département du Rhône et des régions avoisinantes. Nous avons pensé qu’il y aurait quelque intérêt à faire connaître cette faune, en exposant dans un catalogue méthodique et descriptif les dif¬ férents éléments qui la composent.

La plupart du temps, les naturalistes, dans les travaux de ce genre, croient devoir se borner uniquement à l'étude des animaux qui vivent à lYtat sauvage, laissant de côté ceux que la main de l'homme a su con¬ quérir et est parvenue à ‘modifier par la domestication. Comme en somme ces derniers animaux jouent dans l’économie générale un rôle prépondé¬ rant, il nous a semblé utile d’en tenir compte dans de certaines limites. Nous nous sommes donc efforcé de donner la liste aussi complète que possible des différentes races domestiques actuellement élevées dans nos régions. M. Cotncvin, professeur de zootechnie à l'École vétérinaire de Lyon, auteur d’un savant et très intéressant mémoire sur semblable ques¬ tion (1), a bien voulu revoir celte partie de notre travail ; nous le remer¬ cions ici de sa gracieuse collaboration.

AU K t> Lt» MtüOUl 1 Lj U AKV AIU

j u t v i u L i

(t) Cil. CorncGu, L i Boucherie de I-yon en lS7fi, 1 br. in 8. 68 p. Paris, 1878.

Soc. LlNN., T. XXXV.

I

2

NTRODUCTION

Pour chaque espèce classée zoologiquement, nous avons indiqué sa synonymie, ses noms vulgaires, ses caracières descriptifs sommaires, ses variations lorsque nous avons pu en constater, son habitat, et enfin, s’il y avait lieu, ses antécédents dans la faune fossile.

Pour la classification, la synonymie et les caractères descriptifs des espèces nous avons mis en œuvre les principales publications, parmi les plus modernes, traitant d’un pareil sujet; nous citerons tout spécialement les catalogues du British Muséum de Gray(l) et de Dobson (2), le traité de Blasius (3), le résumé de A. Bouvier (4) et l’ouvrage de Fatio sur la Suisse (5), auquel nous avons fait de fréquents emprunts. La micromam- malogie encore si mal connue présentait une réelle difficulté. Si. nous avions nous borner uniquement à signaler les espèces recueillies et collectionnées jusqu’à ce jour dans nos environs, la liste en eût été bien courte. Mais nous inspirant des travaux de Selys-Longchamps (6), de Fatio (7), et surtout de ceux beaucoup plus récents du Dr Trouessart (8), nous avons indiqué, parmi les espèces européennes celles qui, selon toutes probabilités, doivent se rencontrer dans nos régions, espérant ainsi appeler l'attention des chasseurs et des naturalistes sur une étude encore bien incomplète et pourtant si intéressante.

Aux dénominations scientifiques latines, basées sur la méthode bino- minale de Linné (9), on a généralement l’habitude de joindre, lorsqu’il

(1) George Edward Dobson, Catalogue of lhe Chiroplera in thc collection of lhe British Muséum. London, 1878, 1 vol. in 8, avec pl.

(2) John Edward Gray, Catalogue of Carnivorous, Pachydermatous , anci Edentate Mammalia in the British Muséum. London, 1869, 1 vol. in- 8, avec pl.

(S) J. -H. Blasius, Naturgeschichte der Sàugethierc Deutschlands und der angranzenden Lânder von Milteleuropa. Braunschweig, 18S7, 1 vol. in-8, avec fig.

(4) A. Bouvier, liésumé d'histoire naturelle pratique. Les animaux de la France- Études générales de toutes nos espèces considérées au point de vue utilitaire, 1" partie ,Les Mammifères. Paris, 1886, 1 br. in-8, 99 p.

(5) Victor Falio, Faune des Vertébrés de la Suisse, Mammifères. Genève el Bâle, 1869, 1 vol. in-8, avec pl.

(6) Edm. de Sclys-Longchainps, Éludes de micromammalogie. Revue des Musaraignes, des Rats et des Campagnols, suivie d’un index méthodique des Mammifères d'Europe. Paris, 1839, 1 vol. in-8, avec pl.

(7) Viclor Falio, Les Campagnols du bassin du Léman, Bâle et Genève, 1867, 1 vol. in-8, avec pl.

(8) Dr E. L. Trouessart, Revue synonymique des Chéiroptères d'Europe, in Feuille des jeunes naturalistes, IX* année, no 102 à 105 et 107. Paris, 1879, gr..in-8, avec pl. D' E -L. Trouessart, Les petits Mammifères de la France, in Feuille des jeunes naturalistes, XI' année, n’ 124 à 126; XII* année, n* 144; XIII* année, n - 145 et 146. Paris, 1881 et 1882, gr. in-8, avec pl.

(9) Comme I a fait observer notre savant ami Jl. le D' Saint-Lager (Les origines des sciences naturelles suivies de remarques sur la nomenclature zoologique, p. 73 et seq., el Nou-

I>TKODUCTIOX

3

s’agit des Mammifères, les appellations françaises encore en usage. A ces noms bien connus, nous avons ajouté les désignations locales ou patoises, après avoir fait appel aux lumières de nos amis, M. l'abbé Ducrost, et Nizier du Puits-Pelus, dont les recherches sur pareille matière font autorité daus les questions de linguistique.

Pour l’étude des variations, nous avons trouvé au muséum de Lyon une collection déjà très riche, renfermant de nombreux spécimens de la faune locale. Nous adressons tous nos remerciements à notre savant ami le D>- Louis Lortet, directeur du muséum, et à son préparateur M. Donat- Motte, qui nous ont mis à même de pouvoir signaler dans ce travail plu¬ sieurs formes rares ou peu connues. Puisse cette étude contribuer à enrichir encore les galeries de notre Muséum en faisant ressortir la richesse et la vaiété de notre faune, et l’un de nos vœux les plus chers sera accompli.

Restait enfin la question de l'habitat de nos différents animaux. Il existe, en histoire naturelle, deux manières d’envisager la question : ou bien indiquer d’une manière générale les milieux dans lesquel* l’animal peut vivre et par conséquent l’on a chance de le rencontrer; ou bien signaler avec toute la précision géographique possible les localités pré¬ cises ces mêmes êtres ont été observés d’une façon pertinente. Lors¬ que les êtres sont susceptibles d’une certaine fixité dans leur habitat, comme les mollusques ou les plantes, ce mode e-t de beaucoup préférable, puisqu'il permet de signaler au chercheur, avec quelque certitude, le point précis il lui sera possible de retrouver telle ou telle espèce. Mais lors¬ que l’on est en présence d’animaux qui peuvent se déplacer aussi facilement que les Mammifères et la plupart des autres an maux supérieurs, pareille précision devient absolument illusoire. 11 suffit dès lors d’indiquer d’une manière générale les conditions de son mcdus vivendi pour que le chas¬ seur puisse en déduire les probabilités de son habitat normal. Au lieu de dire par exemple, que la Loutre ou tout autre animal a été capturé dans telles ou telles stations, très probablement on ne le retrouverait plus aujourd’hui, nous avons préféré expliquer dans quelles conditions de

telle» remarques sur ta nomenclature botanique, p. 3ô), Linné esl l'auteur Je fâcheus p'én- nasmes écrits sans doute dans un moment d’oubli et aujourd'hui consacres par l’usage, tels que Felis citus, Castor fiber. Mus ralus. Oui* arier. Sus scrofi, Bas taurus, Equus c i- ballu.',etc. Maigre la défectuosité de scmb ablcs appellations, nous ne nous sommes pas cru suffisamment autorisé pour oser les modifier, quelque in:orrectes qu'elles soient.

4

INTHODUCTION

milieu on devait le rechercher, en ajoutant qu’il était plus ou moins rare dans la région.

En terminant cet exposé, qu’il nous soit permis d’adresser ici tous nos remercîments aux nombreux amis qui ont bien voulu nous donner d’utiles et précieux ren eignements sur la faune mammalogique de nos pays, et plus pirticulièrement à MM. Durieu du Souzy, lieutenant de louveterie, G. Félissent, Frère Eulhyme, Flocard, Gabillot, Dr Saint- Lager, J. Tes trnoire, etc.

Lyon, novembre 1883.

CHIROPTERA

Membres antérieurs terminés en ailes formées par le développement d’une membrane qui relie des doigts très allongés; pouce séparé, en partie opposable; deux mamelles pectorales; série dentaire complète. Animaux nocturnes ou crépusculaires.

RHINOLOPHIDÆ

Ouverture des narines s tuée au fond d’un repli cutané en forme de fer à cheval et surmontée d’un appendice en forme do feuille plissée sur le front; oreilles bien séparées, dépourvues d’oreillon.

Genre RHINOLOPHUS, Geoffroy.

1803. Noav. Dicl. Hist. nat., XIX. p. 383.

Caractères. Deux incisives seulement à la mâchoire supérieure, très petites, rudimentaires, accolées de chaque côté à la canine; 4 incisives à la mâchoire inférieure.

6

CATALOGUE DESCRIPTIF

llliinoloplius ferrnm-eqninnni, Schreber.

Vespertilio ferrum-equinum, Schreber, 1775. Saugeth., I, pl. LXX1I, fig. 2.

Rhinolophus ferrum-equinum, Blasius, 1857. Naturg. Saugeth. Deutschl., p. 31, flg. I il 4, 8 à 9. -Futio, 1859. Vert. Suisse, p. 34. Trouessart, 1879. In Feuille natur. IX, p. 82, pl. I, fig. 2.

Nom vulgaire. Le Rhinolophe grand fer à cheval. Tous les Chéirop¬ tères sont désignés communément sous les noms de Rata-Volagi, Rala- penna, Rataplena, Rat-de-volage, Rate-volage.

Description. Seconde prémolaire supérieure accolée à la canine, la première très petite et située en dehors de la ligne dentaire; seconde prémolaire inférieure très petite, à peine visible, toujours située en dehors de la ligne dentaire, dans l’angle extérieur formé par les deux autres prémolaires; d’un gris cendré en dessus, d’un gris blanchâtre et rosé en dessous!

Dimensions. Avant-bras, 57 ; envergure, 34-0 millimètres.

Habitat. Peu commun ; dans les combles des vieux bâtiments, les grottes ou cavernes, les vieux troncs d’arbres; se rencontre de bonne heure au printemps; apparaît lard dans la nuit; vole lourdement à une faible élévation, le long des allées d’arbres, des rochers ou des maisons.

Kliinoloplius liipposideros, Beciistein.

Vespertilio hipposideros, Bechslein, 1801. Nat. Deutsch., p. 1188.

Rhinolophus hipposideros, l.eacli, 1811. Zool. mise., III, p. 2, sp. 2, pl. CXXI. Blasius, 1857. Naturg. Saugeth, Deutschl., p. 29, fig. G à 7. Falio, 1869. Vert. Suisse, p. 37, pl. III, flg. 2,3 el 5. Trouessart, 1879. In Feuille natur., IX, p. 82, pl. I, fig. I.

Nom vulgaire. Le Rhinolophe petit fer à cheval, etc.

Description. Seconde prémolaire supérieure séparée de la canine par un espace dans le milieu duquel se place la première petite prémo¬ laire; seconde prémolaire inférieure petite, mais toujours bien visible, située dans l'angle externe formé par les deux autres prémolaires; d’un gris brunâtre en dessus, blanchâtre en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 40; envergure, 240 millimètres.

DES MAMMIFÈRES

7

Habitat. Peu commun; en compagnies parfois nombreuses, dans les vieux bâtiments, les grottes ou les fentes de rochers; apparaît de bonne heure au printemps; sort tard dans la nuit, volant bas et lente¬ ment, au voisinage de sa demeure.

VESPERTILIONIDÆ

Nez dépourvu de repli en forme de fer à cheval; un oreillon dis¬ tinct; queue longue et mince, complètement engagée dans la membrane interfémorale dont le bord forme un angle aigu avec elle, libre seulement à son extrémité; oreilles de forme et de longueur variables, ne présen - tant jamais de repli rabattu sur le front; oreillon plus ou moins allongé et lancéolé; deux phalanges au médius, dont la première reste toujours dans le prolongement du métacarpe.

Genre PLECOTUS, Geoffroy.

I8H. Descrip. Egypte , II, p. 112.

Caractères. Sommet de la tête plat ou peu élevé au-dessus du museau; incisives supérieures accolées deux par deux, de chaque côté, à la canine correspondante; narines s’ouvrant à la partie supérieure du museau, au fond d’une rainure profonde, constituant une feuille nasale rudimentaire ; oreilles plus ou moins grandes, soudées ensemble à leur base; front caverneux.

Plecotus auritus. Linné.

Vespertilio auritus , Linné, 1738. Sysl. nat., édit. X, p. 31, n- 5.

Plecotus auritus, Geoffroy. 1812. Descripl. Egypte, II, p. 118. Btasius, 1857. Nat. Saugeth.

Deutschl., p. 39, fig. Hà20. Falio, 1869. Vert. Suisse, p. 42, pl. III, fig. 10.— Trouessart, 1879. In Feuille natur., IX, p. 81, pl. I, (lg.5

Nom vulgaire. L’Oreillard, etc.

Description. Bord externe de l’oreille s’insérant latéralement près de l’angle de la bouche; oreilles très grandes; prémolaires -|Er d’un brun cendré clair en dessus, gris blanchâtre lavé de roux en dess is. Dimensions. Avant-bras, 40; envergure, 250 millimètres.

8

CATALOGUE DESCRIPTIF

Habitat. Peu commun; vit Virement en société; on le rencontre le plus souvent isolé dans 1rs troncs d’arbr. s ou les vieux bâtiments, sus¬ pendu par 1rs pieds, les oreilles renversées en arrière sur le dos ou sous les bras, laissant passer seulement l’oreillon; sort dans la première moi¬ tié de la nuit, volant lentement mais assez haut, le long des bois et jusque dans les jardins, autour des habitations.

Plccotiis barbastcllus, Sciireber. (1)

Vespertilio barbastellus, Sciireber, 1775. Saugeth , I. p. 168, pt. LV.

Plecolus barbastellus, Cuvier, 1817. Règne anima), I. p. 130.

Synolus barbastellus, Keysserling et Blasius, 1839. Wirbelt. Europ., p. 55, ir 102. Blasius, 1857. Nalurg. Saugeth. Deutschl., p. 43, Og. 21 Ù24. Fatio, 1869. Vert. Suisse, p. 46, pl. III, flg. 11. Trouessai t, 1879. In Feuille natur , IX , p. 81 pl. I, (ig. 6.

Nom vulgaire. La Barbastelle, etc.

Description. Bord externe de l’oreille s’insérant en avant, entre les yeux et la bouche; oreilles moyennes; prémolaires*”*; d’un brun foncé moucheté de clair en dessus, d’un gris cendré violacé en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 38; envergure 270 millimètres.

Habitat. Rare ; vit presque toujours isolé, se retirant dans les grottes, les tissures de rochers, les vieux bâtiments; sort de bonne heure dans la soirée, parcourant d’un vol prompt et élevé les allées d’arbres, les rues des villages et des villes.

Genre VESPERUGO (Tertulien), Keysserling et Blasius.

1839. In Wiegm. Arch., p. 312.

Caractères. Sommet de la tête plat ou peu élevé au dessus du museau; incisives supérieures accolées deux par deux, de chaque côté, à la canine correspondante; première prémolaire supérieure petite ou nulle ; narines s’ouvrant par une fente circulaire à l’extrémité du museau; oreilles bien séparées, plui couites que la tête, triangulaires ou rhom- boïdales, bord externe inséré très bas ou en avant près a même au-

(1) La plupart des auteurs classent cette espèce dans le genre Synatus, quoique en réalité ses caractères génériques diffèrent lot i peu de ceux das véritables Plecolus.

DES MAMMIFÈRES

9

dessus de la commissure des lèvres ; oreillon courbé en dedans à droite; museau presque nu en avant des yeux, couvert d’éminences glandulaires très développées; ailes longues et étroites.

Vcsperugo serotiuus, Daubenton.

Vespertilio s erotinus, Daubenton, 1759. In Mém. Ac. sc., p. 380.

Vesperugo s erotinus , Blasius, 1857. Naturg. Sàugeth. Deutschl., p. 76, flg. 51, 5Î. Falio, 1869. Vert. Suisse, p. 79. Troue>sart, 1879. In F euille natur., IX, p. 93, p|. I, flg. 7 i pl. II, flg. I.

Nom vulgaire. La Sérotine ; etc.

Description. Deux prémolaires supérieures. 4- inférieures ^ ; oreil¬ lon de longueur moyenne, ayant sa plus grande largeur immédiatement au-dessus de la base de son borJ interne; lobe post-calcancen distinct; les deux dernières vertèbres caudales libres; d’un brun cendré en dessus, fauve roussâtre en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 51 ; envergure, 340 millimètres.

Habitat. Peu commun; vit presque toujours isolé, au voisinage des habitations, dans les milieux boisés; sort tard le soir, vole lentement et assez bas.

Vesperugo borealis, Nilsson.

Vespertilio borealis, Nilàson, 1832-40. Ilium, flg. Scand. Fauna.

Vesperugo Nilssonii, Keysserling et Blasius, 1839. In Wiegm. Arch., I, p. 31 S, n- 3. Bla¬ sius, 1857. Naturg. Sàugeth. Deutschl., p. 70, flg. 47, 48. Falio, 1869. Vert. Suisse, p. 75.

borealis, Trouessart, 1879. In Feuille natur., IX, p. 43 el 117, pl. II, flg. 8.

Nom vulgaire. Le Vespère boréal ; etc.

Description. Mêmes prémolaires; oreillon court, le bord interne droit, non courbé en dedans, ayant sa plus grande largeur vers le milieu de son bord interne; un lobe post-calcanéen distinct; les deux dernières ver¬ tèbres caudales libres; noirâtres avec des mèches claires el brillantes en dessus, d’un gris brunâtre foncé en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 39 à 40; envergure 240 à 200 millimètres.

Habitat. Rare; vil accidentellement dans nos régions; vol prompt et assez élevé; de préférence dans les sites montagneux.

10

CATALOGUE DESCRIPTIF

Vesperugo «liscolor, Natterer.

Vespertilio discolor, Natlerer, 1819. In Külil, Deutschl. Flederm., p. 43, n- 8.

Vesperugo diacolor , Keysserling et Blasius, 1839. Wirbelth. Europ ., p. 50, n- 81. Blasius, 1857, Naturg. Saugelh. Deutschl ., p. 73, fig. 49 et 50. Fatio, 1869. Vert. Suisse, p. 73.— Trouessart, 1879. In Feuille natur., IX, p. 93, pl. II, fig. 3.

Nom vulgaire. Le Vespère discolor; etc.

Description. Mêmes prémolaires; oreillon court, élargi dans le haut, ayant sa plus graude largeur immédiatement au-dessus du milieu de son bord interne; oreilles plus courtes que la tête; la dernière vertèbre caudale seule libre; d'uu brun foncé en dessus, blanchâtre en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 42; envergure 270 millimètres.

Habitat. Peu commun ; se retire en petite compagnie ou même solitaire, dans les vieux troncs d’arbres ou dans les réduits obscurs des bâtiments; sort de bonne heure dans la soirée; erre d’un vol rapide et élevé, tantôt sur le bord des bois, tantôt dans les avenues et les allées des jardins et au voisinage des habitations.

Vespcrugo noctula, Schreber.

Vespertilio noctula, Schreber, 1775. Saugelh., I, p. 166, pl- XL1V.

Vesperugo noctula, Keysserling el Blasius, 1839. Wirbelt. Europ., p. 45, ir 80. Blasius, 1857. Naturg. Saugelh. Deutschl., p. 53, flg.3i à 34. Fatio, 1869. Vert. Suisse, p. 55, pl. III, fig. 12 Trouessarl, 1879. In Feuille natur., IX, p. 93, pl. I, fig. 8; pl. II, fig. 4.

Nom vulgaire. La Nodule; etc.

Description. Prémolaires -|=r; incisive supérieure externe deux fois plus grosse que l’interne (mesurée à la hauteur du collet); incisive inférieure formant un angle droit avec la mâchoire ; membrane de l’aile s’insérantau talon et au-dessus; oreillon dilaté par en haut, securiforme, courbé en dedans, ayant sa plus grande largeur au-dessus du milieu de son bord interne qui est concave ; lobe post-calcanéen bien développé; d’un roux jaunâtre en dessus, un peu plus clair en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 60 à 70; envergure 320 à 460 millimètres.

Habitat. Assez commun ; vit dans les troncs d’arbres, et se retire en hiver dans les vieux bâtiments; sort de très bonne heure dans la soirée ; parcourt de préférence les sites boisés d’un vol élevé et rapide.

DES MAMMIFÈRES

1 I

Ves|ieni!« I.eislerl, Kuhl.

Vespertilio Leisleri, Kuhl, 1819. In Ann. Wetterau. Gesellsch. yalurk., I. p. 47. Vesperugo Leisleri, Keysscrling et Blasius, 1889. Wirbelt. Europ., p. 4G, n' 81. Blasius, 1858. yaturg. Sàugeth. Deutschl., p. 56, fig. 35, 36. Falio, 1869. Vert. Suisse, p. 58. Trouessart, 1879. In Feuille natur., IX, p. 94, pl. Il, Og. 5.

Nom vulgaire. LeVesperin de Leisler; etc.

Description. Mêmes prémolaires; incisive supérieure externe égale à l’interne en diamètre, à la hauteur du collet; incisive inférieure dans la direction de la mâchoire; membrane de l’aile et oreillon comme chez le Vesperugo noctula ; d’un brun rougeâtre en dessus, d’un brun jaunâtre en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 42 à 4G; envergure 260 à 270 millimètres.

Habitat. Peu commun; vit en compagnie dans les troncs d’arbres ou dans les combles des vieux bâtiments; sort de bonne heure dans la soirée; vol élevé, puissant et accidenté.

Vesperugo Savii. Bonaparte.

Vespertilio Savii, Bonaparte, 1837. Fauna Italia, fasc. XX.

Vesperugo JUaurus, Blasius, 1853. In Wiegm. Arch., I, p. 35. 1857. yaturg. Sàugeth.

Deutschl., p. 67, fig. 43 , 44. Fatio, 1869. Vert. Suisse, p. 69. Trouessart, 1879. In Feuille natur., IX, p. 94, pl. Il, 0g. 6.

Savii, Trouessart, 1879. Loc. cit., p. 117.

Nom vulgaire. Le Vesperin alpestre; etc.

Description. Mêmes prémolaires; membrane de l’aile s’insérant à la base des orteils ; bord extérieur de l’oreille convexe par en bas. concave par en haut; oreillon ayant sa plus grande largeur vers son milieu; bord interne de l’oreillon droit ou à peine concave; lobe post-calcanéen petit ; d’un brun sombre avec de longues mèches dorées en dessus, d’un gris brunâtre en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 34; envergure, 225 millimètres.

Habitat. Espèce montagnarde, vivant accidentellement dans nos régions, dans les troncs d’arbres et les cavernes; sort de bonne heure dans la soirée, errant le long des bois, des prairies, des chalets, d’un vol élevé, ràpide et accidenté.

12

CATALOGUE DESCRIPTIF

Vesperugo pipistrellus, Schkeber.

Vespertilio pipistrellus, Schreber, 1775. Saugeth., T, p. 167, pl. LIY.

Vesperugo pipistrellus , Keysserling el Blasius, 1839. Wirbelth. Europ., p. 48, n- 85. Bla- sius, 1857. Nalurg. Saugeth. Deutschl., p. 61, flg. 39, 40. Fatio, 1869. Vert. Suisse, p. 61, pl. III, flg. 4. Trouessart, 1879. In Feuille natur., IX, p. 94, pl. II, flg. 7.

Nom vulgaire. La Pipistrelle, etc.

Description. Mêmes prémolaires,* première incisive supérieure hilobée ; membrane de l’aile s’insérant à la base des orteils; bord externe de l’oreille échancré profondément à son tiers supérieur; oreillon ayant si plus grande largeur immédiatement au-dessus de la base de son bord interne, avec ses deux borJs parallèles ; lobe posl-ealcanéen bien développé; d'un brun plus ou moins roussâtre ou noirâtre en dessus, le dessous de même teinte, mais d’intensité 1res variable.

Dimensions. Avant-bras, 30 à 32; envergure, 200 à 220 milli¬ mètres.

Habitat. Commun; habite en nombreuse compagnie dans les troncs d’arbres, sous les vieilles toitures, souvent au vobinage des eaux ; sort de bonne heure dans la soirée, parcourant d’un vol prompt et très accidenté les avenues, les allées, les rues des villages.

Vesperugo nbramus, Temminck.

Vesperugo Nathusii, Keysserling et Blasius, 1839. In Wiegm. Arch., p. 320, n' 11.— Blasius, 1857. Nalurg. Saugeth. Deutschl., p. 58, flg. 37, 38. Falio, 1869. Vert. Suisse, p. 64, pl. III, flg. 8.

Vespertilio abramus, Temminck, 1841. Monogr. Mamm., p. 230.

Vesperugo abramus, Trouessart, 1879. In Feuille natur., IX, p. 94, pl. I, flg. 9.

Nom vulgaire. Le Vesperin de Nathusius, etc.

Description. Mêmes prémolaires; première incisive supérieure bilo— bée,* membrane de l’aile s’insérant à la base de l’oreide droite; oreillon comme chez le V. pipistrellus ; d’un brun de suie foncé en dessus, plus clair ou grisâtre en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 34; enveigure, 240 millimètres.

Habitat. Assez rare; vit dans les troncs d’arbres et les vieux b⬠timents, à la lisière des bois, au-dessus des broussailles.

DES MAMMIFERES

13

Vesperugo Huit 11, Natterer.

Vespertilio Kuhlii, Nallerer, 1819. In Kulil, Dtulsch. Flrderm., n 13.

Vesperugo Kuhlii, Kcy«serling et Blasius, 1S39. Wirbelth. Evrop., p. -57, n- fl. Itlailus, 1857. Xaturg. Sàugeth. Deutschh, p. 63, fig 41 , 42. Falio. 1869. Vert. Suisse, p. 66, pl. III, fig. 9. Trouessart, 1679. In Feuille natur., IX, p. 94, pl. Il, fig. 9.

Nom vulgaire. Le Vesperin de Kubl, elc.

Description. Mêmes prémolaires; première incisive supérieure unilobée; bord externe de l'oreille à peine concave dans son t ers supé¬ rieur; orcillonà boid externe convexe et è bord interne droit; membrane interfémorale et une partie de la membrane de l’aile ornée d’une bordure blanche; d’un brun foncé en dessus, gris brun foncé en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 33 ; envergure 228 millimètres.

Habitat. Rare; vit en société, au voisinage des habitations; sort de bonne heure le soir, parcourt d’un vol léger et de hauteur moyenne, les rues des villes et des villages.

Genre VESPERTILIO (Pline), Linné.

1738. Syst. nat., édit. X, p. 31, n- 4.

Caractères. Narine cl front comme celui des Vesperugo ; oreilles bien séparées, aussi longues ou plus longues que la tète, ovales et min¬ ces, avec le bord externe s’insérant brusquement en face du bord interne et près de l’orcillon ; oreillon long et étroit, dressé ou courbé en dehors; museau conique et poilu surlafa''e; ailes larges et courtes; première prémolaire suj érieure bien développée.

Vespertilio Bttegapodius (1), Temminck.

Vespertilio megapodius, Temminck, 1841. Mon. Mamm., 11, p. 189. Trouessart, 1879. In Feuille nalur ., IX, p. 116.

Capacinii , Blasius, 1857. Nalurg. Sàugeth. Deutschl., p. 101, fig. 68, a, b.

Trouessart, 1879. In Feuille natur., IX. p. 94, pl. I, fig. 10; pl. Il, fig. 10.

Nom vulgaire. Le Vespertilion de Capacini, etc.

(I) Uelius, megtklopodus

14

CATALOGUE DESCRIPTIF

Description. Pieds très grands; calcanéum très long, s’étendant jusqu’aux deux tiers de la distance entre le talon et la queue; membrane interfémorale formant un angle aigu vers le milieu de son bord libre; membrane de l’aile insérée au talon; les deux dernières vertères de la queue dépassant la membrane interfémorale; oreillon très aigu à sa par¬ tie supérieure qui est recourbée en dehors, son bord interne étant très convexe; d’un brun cendré en dessus, plus fauve en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 38; envergure, 245 millimètres.

Habitat. Rare; vit accidentellement dans la vallée du Rhône.

Vespertilio «lasj cneimts, Boie.

Vespertilio dasycneme, Boie, 1823. In Isis von Oken, p. 1200. Blasius, 1837. Natur g .

Sàugeth. Deulschl., p. 103, fig. 69, a, b. Trouessart, 1879. In Feuille natur., IX, p. 94, pl. II, fig. 11.

Nom vulgaire. Le Vespertilion dasycnème.

Description. Pied, calcanéum et queue comme chez le Vespertilio megapodius ; oreillon obtus à sa partie supérieure qui est recourbée en dedans, son bord interne étant légèrement concave; d’un brun roux clair en dessus, plus grisâtre en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 48; envergure, 285 millimètres.

Habitat. Rare; vit accidentellement dans la vallée du Rhône.

Vespertilio itaiibentonl, Leisler.

Vespertilio Daubentoni, Leisler, 1819. In Kulli, Deulsch. Fledcrm., p. 81, iv II. Blasius, 18S7 . Natur g. Sàugeth. Deulschl. , p. 98, fig. 66, 67. Falio, 1869. Vert. Suisse, p. 94. Trouessart, 1879. In Feuille natur., IX, p. 94, 117 et 141, pl. Il, fig. 12, et fig. 2 (in texte).

Nom vulgaire. Le Vespertdion de Daubenton, etc.

Description. Pieds, calcanéum, membrane et queue comme chez le Vespertilio megapodius -, membrane de l'aile insérée aux métatarsiens; oreillon droit, médiocrement pointu; d’un gris brun en dessus, blanchâtre en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 38; envergure, 245 millimètres.

DES MAMMIFERES

15

Habitat. Assez rare; dans les troncs d'arbres, auprès des eaux; ne sort que lorsque l’obscurité est profonde et par le beau temps, parcou¬ rant d’un vol léger et saccadé, les bords des cours d’eau.

Vespertilio rniurginatui, E. Geoffroy.

Vespertilio emarginatus, F.. Geoffroy, 18C6. In Ann. Muséum, VIII, p. 198. Trouessarl, 1879. In Feuille nalur., IX, p. 95, pl. II, fig. 13.

eiliatus, Blasius, 1853. In Wiegm. Arch., XIX, I, p. -288.— 1857. Naturg. Sàugeth Deutschl., p. 91, fig. 62, 63.

Nom vulgaire. Le Vespei tilion émarginé, etc.

Description. Pieds moyens; calcanéum assez long, mais ne s’éten¬ dant que jusqu'à la moitié de la distance entre le talon et la queue; mem¬ brane interfémorale formant un angle obius dans le milieu de son bord libre; queue complètement enveloppée dans la membrane interfémorale; ou la dépassant seulement de son extrême pointe ; oreillon effilé par en haut, à pointe aigue et recourbée en dehors; oreilles presque aussi lon¬ gues que la tête, ayant son bord externe profondément échancré à angle droit; l’extrémité des poils d’un brun roux clair en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 43 ; envergure 280 millimètres.

Habitat. Rare, vient accidentellement jusque dans nos régions.

Vespertilio Vattereri, Kuhl.

Verperlilio Ifattereri, Kuhl, 1819. Deutsch. Flederm., p. 33, rv 4. Blasius, 1857. Xalurg.

Sàugeth. Deutschl., p. 88, fig. CO, 61. Falio, 1869. Vert. Suisse, p. 87. Trouessart, 1879. In Feuille nalur., IX, p. 95, pl. 1, fig. H; pl. II, fig. 14.

Nom vulgaire. Le Vespertilion de Nattercr, etc.

Description. Pieds, calcanéum et membrane interfémorale comme chez le Vespertilio emarginatus ; oreilles plus longues que la tète, à peine échancrées sur le bord externe; queue aussi longue que la tète et le corps; bord libre de la membrane interfémorale frangé de poils raides ; d’un brun clair en dessus, blanchâtre en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 40 ; envergure, 270 millimètres.

Habitat. Feu commun; vit rarement en grande compagnie; ordi¬ nairement caché dans les troncs d’arbres et les vieux bâtiments; se ren-

10

CATALOGUE DESCIUPTI F

contre tard le soir et vole lentement à une hau cur moyenne, au travers des avenues, le long des chemins, tournoyant volontiers sur h lisière des bois et autour des habitations.

Vespertlllo Keelisteini, Leisler.

Vespcrlilio Bechsleinii, Leisler, 1819. In Kuhl, Deutsch. Flederm., p. 92, n- 2. Bbsius, 1857. Nalurg, Sangelh. Deulschl., p. 85, fig. 58, 59. Trouessarl, 1879. In Feuille nalur., IX, p. 95, pl. I, fig. 12 ; pl. Il, fig. 15.

Nom vulgaire. Le Vespeitilion de Bechstein , etc.

Description. Pied, calcanéum, membrane inlerfémorale et oreille, comme chez le Vespcrlilio emarginutusj bord libre de la membrane nu et sans poil; queue plus courte que la tète et le corps; d’un gris brun en dessus, un peu plus clair en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 42; envergure, 270 millimètres.

Habitat. Cette forme septentrionale vit accidentellement dans nos pays.

Vcspcrtilio nitiriutis, Linné.

Vesperlitio mur inus, Linné, 1758. Sysl. nal., édil. X, p. 32, ir 7. lllasius, 1837. Falurg .

Siiugeth. Deulschl ., p. 82, fig. 36, 57. Fatio, 18G9. Vert, Suisse, p. 84. pl. 111, lig. 14. Trouessarl, 1879. In Feuille nalur., IX, p. 93, pl. Il, fig. 16.

Nom vulgaire. Le Vespeitilion murin; le Murin; etc.

Dimensions. Pied, calcanéum, membrane int rfemora'e et queue comme cht z le Vespcrlilio emarginalus ; oreillon droit à pointe subaiguë ou obtuse; oreille beaucoup plus longue que la tète, à peine échancrée sur son bord externe, à son tiers supérieur; d'un brun c'air ou g'isâtie en dessus, blanchâtre en dessous.

Dimensions. Avant-bras, 60; envergure, 385 millimètres.

Habitat. Assez commun ; vit en société dans les grottes et les vieux bâtiments; sort rarement et isolément en plein jour; parait tard le soir et vole lentement parfois à de grandes hauteurs, autour